MS=ms70786492
*
TOP_2015

Menu
INFO GENERALE : L’heure espagnole
14/11/2013 10:40:00 (1246 lectures)

Angela Martin Garcia : « Le handball est une chose essentielle dans ma vie, il m’apporte beaucoup : tout en prenant du plaisir à jouer, on peut rencontrer des gens différents, découvrir d’autres endroits et c’est une grande chance. »  photo dna – ch. A.
Angela Martin Garcia : « Le handball est une chose essentielle dans ma vie, il m’apporte beaucoup : tout en prenant du plaisir à jouer, on peut rencontrer des gens différents, découvrir d’autres endroits et c’est une grande chance. » photo dna – ch. A.

Angela Martin Garcia porte depuis la saison dernière le maillot de l’ATH et espère retrouver samedi, contre Aunis/La Rochelle, le chemin du succès.



« Je ne comprends pas. » Angela Martin Garcia, 27 ans, 1 m 81, Espagnole et pilier de la défense bas-rhinoise, se pose des questions après les deux derniers matches de son équipe, perdus sans avoir vraiment disputé ses chances.

« C’est une sensation bizarre. Quand on regarde les vidéos des matches contre Angoulême et Chambray, il y a un truc qui a changé entre les deux. Avant le premier match, je me sentais vraiment très bien, mieux que jamais même. Quand on joue vraiment ensemble, c’est là qu’on est le plus fort. »

« Quand tu arrives à très bien défendre, tu sens l’intensité qui unit toute l’équipe »

Alors, le rendez-vous de samedi est attendu avec impatience et ce sera à Truchtersheim, un endroit où les vibrations sont favorables. « J’aime bien cette salle, la retrouver va me rappeler la saison dernière, les derniers matches, la montée, il y a de bons sentiments qui restent. On sera à la maison, là où on se sent en confiance. »

Des échos d’un passé proche qui résonnent dans l’esprit d’Angela Martin Garcia, comme d’autres, plus lointains, qui ont jalonné son déjà riche parcours de handballeuse. Née à Ciudad Real, une ville qui parle à tous les amateurs de la petite balle – « Plus jeune, j’allais voir les matches, avec Dujshebaev ou Stefansson, l’ambiance était géniale et le jeu parfait » –, elle a grandi à 30km de là et découvert le handball à Malagon. « J’ai commencé à dix ans grâce à ma cousine Sandra et mon père, Isabelo, me conduisait tout le temps à l’entraînement. »

Très vite, dès 16 ans, les sélections nationales vont arriver, puis ce sera un départ pour Almeria (D1), un prêt à Elche (D2) et enfin Alicante (D1) où elle passera deux années intéressantes et consistantes avec une victoire en Coupe d’Europe des Vainqueurs de Coupes (2011) et une demi-finale de la Coupe EHF (2012).

« Ça change complètement du championnat : un autre niveau, des autres jeux, de longs déplacements. Personne n’imaginait que l’on puisse arriver jusqu’en finale en 2011, mais en plus on l’a gagnée et c’était une super fête. »

Mais les années dorées ne vont pas durer, la crise ayant fait, en Espagne, beaucoup de dégâts, « de nombreux clubs ont disparu ». Et, après avoir discuté avec Linda Pradel et Véronique Démonière, croisées à Alicante, Angela Martin Garcia a décidé de tenter sa chance en France.

« C’est intéressant de voir comment on conçoit le hand féminin ailleurs parce qu’en Espagne il y a très peu de reconnaissance. Même la médaille de bronze aux Jeux n’a fait qu’une minute dans les journaux télévisés. »

« Nos supporters sont vraiment très importants pour nous »

Mais, avant cela, il a fallu s’adapter à un autre rythme, un autre climat. « Beaucoup de petites choses de la vie sont différentes, les horaires par exemple. Ici je m’oblige à manger à midi, en Espagne c’est à 14 ou 15h. Et il y a le froid bien sûr, mais Strasbourg est une très jolie ville et j’aime être ici. Tous les gens ont été très gentils avec moi et je les remercie encore. »

Alors si elle n’est pas encore satisfaite de son niveau en français – « Surtout pour arriver à parler vite sur le terrain » –, Angela Martin Garcia s’est faite une place dans l’équipe de l’ATH avec son style classique et discret, propre et posé. « Mon rôle c’est d’essayer de distribuer le jeu, de faire des passes, au pivot par exemple, plutôt que de tirer. Mais il y a aussi la défense et c’est le plus important pour moi. Quand tu arrives à très bien défendre, tu sens l’intensité qui unit toute l’équipe. »

Contre Aunis/La Rochelle samedi soir, la grande joueuse espagnole espère ressentir, de nouveau, de telles vibrations.

« On a besoin de gagner ce match contre une équipe à notre portée. Il faudra oublier la défaite à Lomme, juste s’en servir pour corriger les erreurs et la laisser loin derrière nous pour avoir la tête claire. J’espère que beaucoup de gens viendront nous voir, parce que nos supporters sont vraiment très importants pour nous. »

Leurs encouragements feront de nouveaux résonner d’agréables sons aux oreilles d’Angela Martin Garcia et de ses copines, histoire de pouvoir vibrer ensemble le temps d’une soirée.

On l’espère chargée des échos joyeux de la saison dernière.


Retour Version optimisée pour imprimer Envoyer cet article à un(e) ami(e) Version optimisée pour imprimer
 
Les articles et commentaires publiés ici sont sous la responsabilité, sans restriction de l'auteur respectif.
bottom_logos_webmaster
FFHB LFH LNH LAHB site Handball 67 site HAND Zone Localisation des gymnases de hand avec GO'HAND
© Graphique et Design : WORLDSOFT-CMS-Website - Site optimisé  pour IE - Mozilla - Chrome - Safari
Webmasters: ATH, Guy Lagache •Email :
ag.lagache@orange.fr  Dominique Lagache • www.capelsa.net • Email : info@capelsa.net
Pseudo :
User-Login
Votre E-mail