MS=ms70786492
*
TOP_2015

Menu
INFO GENERALE : Fanny au cœur du jeu
30/4/2014 20:56:00 (1632 lectures)


Depuis février et son retour de blessure, Fanny Friry a dynamisé le jeu de l’ATH qui doit s’imposer samedi contre Octeville pour entretenir le mince espoir de maintien.

Fanny Friry évolue à un poste clé. Celui de demi-centre. De là, on peut tout voir, on peut tout faire, le ballon va forcément rejoindre vos mains plus souvent qu’ailleurs. Il faut le donner, il faut parfois le garder pour soi.

Et il est aussi beaucoup question de style. Sa façon de faire va donner un certain caractère au jeu de son équipe. Fanny Friry, ce sont de larges appuis francs, tranchants, souvent déroutants pour ses adversaires, c’est une constante quête de la brèche dans la défense adverse.

« Ce n’est pas dans mon caractère d’imposer des choses à un groupe »

« C’est un poste où il faut avoir une vision du jeu, prendre du recul. Et pour moi, ça ne s’apprend pas, tu l’as ou tu ne l’as pas, raconte celle qui a commencé par jouer à l’aile gauche. Mais c’est aussi un poste à responsabilités. Ce n’est pas toujours facile d’être la tête pensante de l’équipe et je n’aime pas trop cet aspect-là. Ce n’est pas dans mon caractère d’imposer des choses à un groupe. »

Alors, tout cela se fait aussi à l’instinct, par le geste et avec le don de soi lorsqu’il faut aller au contact des rugueuses défenses de D2. « C’est bien, parce qu’on a tout le terrain pour soi, on est au centre, on a plein de choix. On touche tout le temps la balle, on peut laisser une empreinte sur le jeu. »

Celle qui a commencé le handball à Weyersheim, avant de passer cinq saisons à Reichstett, est arrivée il y a trois ans à l’ATH. Une trajectoire ascendante où elle aura connu tous les niveaux de jeu de la N3 à la D2, en passant par la N2 et la N1, tout juste freinée par une longue pause l’année dernière, le temps de se remettre d’un genou opéré.

Cette saison, elle l’aura donc commencée début février avec la double gageure de revenir de blessure et de découvrir un étage inédit.

« La D2, c'est agréable, c’est plus fluide, plus rapide, plus technique, plus réfléchi. Moi, j’adore défendre aussi et, de là, on peut apprécier et parfois envier les combinaisons mises en place par l’adversaire, ses projets de jeu. Mais les erreurs se voient aussi plus rapidement à ce niveau et je n’ai peut-être pas encore retrouvé toute ma forme physique. »

Néanmoins, Fanny Friry, qui a fêté il y a deux jours ses 21 ans, a apporté du “peps” à l’ATH, même si cela risque de ne pas être suffisant dans cette saison finalement morose et très compliquée à bien des égards. « C’est difficile mentalement, parce que sur certains matches, on se sent impuissant. On a peut-être progressé, mais les autres équipes aussi et souvent plus. »

Généreuse à plein temps

Les trois derniers matches risquent de ne pas suffire pour changer le destin de l’équipe.

Mais pour tenter de sauver ce qui peut l’être, il faudra commencer par s’imposer contre Octeville, samedi soir à Truchtersheim.

« Nos chances de maintien sont réduites et je ne sais pas si cette situation va nous apporter une pression supplémentaire ou bien nous libérer pour jouer plus relâchées. Mais ces matches seront forcément difficiles à gagner, parce qu’on va rencontrer de grosses équipes, notamment Yutz et Mérignac. »

Les prochaines semaines seront donc importantes pour Fanny Friry, née à Compiègne, mais « plus Alsacienne qu’autre chose ». À cause du handball donc, mais aussi car elles vont marquer la fin de ses études.

Étudiante en STAPS – tout comme sa sœur jumelle Margot (gardienne à l’ATH) et son grand frère Théophile qui a choisi le badminton –, elle va boucler sa licence mention APAS (Activités Physiques Adaptées et Santé).

Avec l’envie de pouvoir bientôt travailler (avis aux amateurs) dans un domaine particulier, déjà éprouvé et apprécié à travers différents stages. « J’aimerais bien pouvoir m’occuper de personnes handicapées physiques ou atteintes de maladies mentales. En fait, j’adore ça, humainement, cela m’apporte énormément. »

Généreuse sur un terrain de handball, Fanny Friry ne demanderait pas mieux que de l’être à plein-temps.


Retour Version optimisée pour imprimer Envoyer cet article à un(e) ami(e) Version optimisée pour imprimer
 
Les articles et commentaires publiés ici sont sous la responsabilité, sans restriction de l'auteur respectif.
bottom_logos_webmaster
FFHB LFH LNH LAHB site Handball 67 site HAND Zone Localisation des gymnases de hand avec GO'HAND
© Graphique et Design : WORLDSOFT-CMS-Website - Site optimisé  pour IE - Mozilla - Chrome - Safari
Webmasters: ATH, Guy Lagache •Email :
ag.lagache@orange.fr  Dominique Lagache • www.capelsa.net • Email : info@capelsa.net
Pseudo :
User-Login
Votre E-mail