MS=ms70786492
*
TOP_2015

Menu
INFO GENERALE : Valeurs en partage
15/9/2014 13:05:00 (1351 lectures)

Caroline Schneider : « La moitié de l’équipe a 16 ans, l’âge de mon frère Jean-Loup, parfois je me sens vieille… »  PHOTO DNA – Ch.A.
Caroline Schneider : « La moitié de l’équipe a 16 ans, l’âge de mon frère Jean-Loup, parfois je me sens vieille… » PHOTO DNA –

Caroline Schneider est la capitaine emblématique de l’équipe réserve de l’ATH. Une fonction qui lui tient à cœur pour montrer la voie à ses coéquipières de plus en plus jeunes.



« J’étais à leur place, avant. Alors, j’essaie d’être aussi patiente avec elles que les “vieilles” l’ont été avec nous. » Dans la vie, comme en sport, les boucles s’ouvrent et se parcourent sans fin.

Caroline Schneider a 24 ans, elle est éducatrice spécialisée et travaille au Foyer départemental de l’enfance, au pavillon des adolescents. Et même si « les études et maintenant le boulot ont toujours primé sur le hand », il est évident que cette petite balle pleine de colle est un fil conducteur entre ses années passées et celles à venir.

« Je suis au club depuis toujours, j’ai commencé au FSE Achenheim j’ai connu l’entente, puis la fusion. Et j’ai aussi un rôle à jouer par rapport à cette structure qui nous permet de nous entraîner dans de bonnes conditions, même si il y a plein de petites choses à améliorer. Il y a surtout beaucoup de bénévoles qui font les choses avec du cœur. »

Alors, Caroline Schneider n’hésite pas à en parler à ses jeunes coéquipières, histoire de « donner envie de s’investir pour le club », comme elle n’hésite pas à leur parler sur un terrain, pour replacer, guider, encourager, féliciter.

« C’est dans mon caractère de transmettre »

« En tant que capitaine, je m’implique dans la gestion du groupe, pour resserrer les filles ensemble, les mener vers le haut, les soutenir, donner des consignes et parfois aussi les recadrer même si c’est un peu ingrat. »

Mais avec la demi-centre de l’ATH II, le naturel revient vite, alors elle ajoute dans la foulée qu’elle n’est pas seule « il y a “Gé” (Witz) et Marina (Correia) aussi ». « C’est important de faire le lien avec les jeunes, d’être dans la transmission d’expérience, mais aussi de valeurs, comme l’investissement, la rigueur, l’envie et la gagne. »

Cette quête, parfois obsessionnelle, peut lui faire perdre une forme de légèreté. « C’est dans mon caractère de transmettre. Je suis attachée à certains principes même si je suis parfois un peu trop exigeante. Mais je me dis qu’il vaut mieux l’être trop que pas assez. C’est surtout une façon de les aider. »

Alors, cette saison encore, elle essaiera de penser à tout, à réussir le passage entre ses deux mondes chaque samedi soir – « je fais des gardes de nuit au boulot et souvent je viens directement à la collation à 15h avant le match » –, à trouver les bons mots, les bons gestes pour les autres.


Retour Version optimisée pour imprimer Envoyer cet article à un(e) ami(e) Version optimisée pour imprimer
 
Les articles et commentaires publiés ici sont sous la responsabilité, sans restriction de l'auteur respectif.
bottom_logos_webmaster
FFHB LFH LNH LAHB site Handball 67 site HAND Zone Localisation des gymnases de hand avec GO'HAND
© Graphique et Design : WORLDSOFT-CMS-Website - Site optimisé  pour IE - Mozilla - Chrome - Safari
Webmasters: ATH, Guy Lagache •Email :
ag.lagache@orange.fr  Dominique Lagache • www.capelsa.net • Email : info@capelsa.net
Pseudo :
User-Login
Votre E-mail