MS=ms70786492
*
TOP_2015

Menu
INFO GENERALE : Mineure à rêve majeur
22/10/2014 20:06:00 (1416 lectures)

Roxanne Frank : «Dès le premier match, j’ai ressenti qu'on était vraiment une équipe.» pHOTO DNA – Ch.A. Handball Roxanne Frank (ATH) à Achenheim PHOTO DNA - Christine André
Roxanne Frank : «Dès le premier match, j’ai ressenti qu'on était vraiment une équipe.» PHOTO DNA – Ch.A.

Roxanne Frank vient d’arriver à l’ATH pour y garder son but et poursuivre sa trajectoire ascendante. Itinéraire d’une jeune fille forcément ambitieuse.



Un destin tient parfois à peu de choses. À un petit moment vécu dans l’enfance, par exemple, presque rien, juste une anecdote. Ça se passe à Soultz, Roxanne Frank a 9 ans, fait ses premiers pas en équipe mixte, au So/Bo/Gueb à l’époque. Et tout bascule.

« J’ai commencé à avoir une autre vision du but »

« Je jouais sur le terrain et je ne recevais jamais de passes, les garçons étaient très "perso", se souvient-elle, amusée. Je n’avais pas non plus envie de passer mon temps à faire des allers-retours pour rien, en plus j’aime pas courir. Et là, à un moment, je me retrouve au but, je fais un arrêt et tout le monde a dit : "whaouh". »

Mais la vocation n’est pas encore là. « Ça ne me plaisait pas plus que ça, mais il n’y avait pas de gardienne et on avait besoin de moi. Il se trouvait que je n’avais pas peur de la balle et que j’aimais bien arrêter des tirs quand même. »

Le temps passant, Roxanne Frank va cultiver son talent et la prise de conscience d’une autre dimension arrive en même qu’elle fait son apparition au pole de Strasbourg à 14 ans.

« Là, ça m’a vraiment plu. Il y avait des entraînements spécifiques, je me suis rendue compte qu’il y avait plein de choses à faire. Avant, c’était du pur loisir, c’était tranquille, mais là, j’ai parfois eu peur du ballon, de certains tirs. J’ai commencé à avoir une autre vision du but et j’ai eu envie de devenir pro et de jouer en D1, c'est ce qui m’a permis d’avancer. »

Cette quête va l’emmener à Colmar où elle passera deux saisons entre les -18 ans et la N2 en compagnie d’une autre gardienne de style, Laura Selvaggio. « C’est un peu ma marraine, elle m’a prise sous son aile ». Et cet été, son choix se portera sur l’ATH. « C’était une évolution logique. Je suis venue pour progresser avec un entraîneur pro, la N1, c'est mieux que la N2. »

C'est le moment d’évoquer son âge, Roxanne Frank n’a que 16 ans. Sa trajectoire a été rapide, dense et riche. Sélectionnée en équipe de France Jeunes, elle a vécu le Mondial en Macédoine en juillet.

« Je suis toujours super heureuse d’y aller, fière aussi quand les mails de convocation arrivent, on apprend beaucoup de choses en peu de temps. C’est gratifiant d’être parmi les vingt meilleures de mon année, on est quatre gardiennes, j’ai envie d’être la première, mais ce qui est bien c’est qu’il y a encore du chemin. »

En tête, elle a un modèle, Thierry Omeyer. « Il est une représentation des progrès que l’on peut effectuer. Fred (Demangeon) m’en parle de temps en temps. À mon âge, il n’était pas encore en équipe de France, mais il a tout fait pour arriver en "A" en s’entraînant encore plus, c’est lui qui s’est construit. »

« Les plus combatives l’emporteront »

On l’a compris, Roxanne Frank est ambitieuse et déterminée. « J’ai décidé que le hand serait une grande partie de ma vie. » C’est une gardienne au gabarit élancé (1m76, 62kg), elle connaît les vertus du travail – « J’ai envie d’apprendre sans cesse de nouvelles choses, dans le placement par exemple, d’en savoir plus, de progresser » –, elle apprécie d’être un élément clé dans l’équipe. « On est le dernier rempart avant qu’il y ait but. Je suis juste derrière les filles en défense et c’est moi qui vais pouvoir avoir une influence sur le score. »

Avec la longue blessure de Frédérique Forgues, Roxanne Frank va avoir plus tôt que prévu un rôle important à jouer à l’ATH. « Je suis arrivée tard cet été à cause du Mondial, je stressais un peu. Passer deuxième gardienne (derrière Eus Popovici) me met une pression supplémentaire, ça m’attriste aussi parce que Fred aurait pu m’apprendre beaucoup. Mais du coup, je suis obligée de prendre mes responsabilités et ça me fait avancer. »

Au fait, Roxanne Frank est en première S au lycée Pasteur de Strasbourg, aimerait faire « un truc qui me plaît », elle est aussi « très famille », est en train d’initier sa petite sœur Emma au handball, apprécie de voir Mélanie, sa grande sœur, commencer des études de kiné, « ça peut être utile ».

Ce week-end, c’est derby contre l’ASPTTS/Hoenheim – « Ce sera un bon match, les plus combatives l’emporteront » – et Roxanne Frank, elle, vivra une expérience de plus. Histoire d’avancer un peu plus loin, encore et toujours.

ATH – ASPTTS/Hoenheim, samedi 20h30 à Truchtersheim


Retour Version optimisée pour imprimer Envoyer cet article à un(e) ami(e) Version optimisée pour imprimer
 
Les articles et commentaires publiés ici sont sous la responsabilité, sans restriction de l'auteur respectif.
bottom_logos_webmaster
FFHB LFH LNH LAHB site Handball 67 site HAND Zone Localisation des gymnases de hand avec GO'HAND
© Graphique et Design : WORLDSOFT-CMS-Website - Site optimisé  pour IE - Mozilla - Chrome - Safari
Webmasters: ATH, Guy Lagache •Email :
ag.lagache@orange.fr  Dominique Lagache • www.capelsa.net • Email : info@capelsa.net
Pseudo :
User-Login
Votre E-mail