MS=ms70786492
*
TOP_2015

Menu
INFO GENERALE : Droit au but
7/9/2015 12:53:00 (1084 lectures)

Jelena Markovic est venue compléter l’effectif de l’ATH de façon très intéressante et va lui apporter bien davantage que l’envergure de son mètre 80.

C’est le temps des haltères pour Jelena Markovic, en attendant de viser le but.  PHOTO DNA – Ch.A.

C’est loin, Podgorica ! À 1599 kilomètres de Truchtersheim, à 1602 kilomètres d’Achenheim. Mais c’est suffisamment proche pour être à portée de jet d’un ballon de handball.

« J’ai toujours voulu jouer un jour en France, souffle avec bonne humeur Jelena Markovic, sourire avenant et manières polies. Les championnats de handball sont intéressants et c’est aussi plaisant pour la vie de tous les jours. Des amis m’ont dit que quand on venait en France, on n’avait plus envie d’en repartir… »



« C’est un peu mon idole dans la vie »

Alors, cette arrière droite gauchère, à la suspension franche et au tir fracassant, a poussé l’aventure un peu plus loin après être partie de chez elle il y a trois ans avec des étapes d’une saison en Croatie (Lokomotiva Zagreb), en Slovaquie (Iuventa Michalovce) et en Allemagne (Blomberg).

« J’avais 21 ans et c’était le bon moment. Je voulais essayer de ne plus dépendre de mes parents. Mais c’était aussi difficile parce que je suis très connectée à ma famille. »

Il a fallu quitter Mladen et Zorica, ses parents, Kristina, sa grande sœur, Anto, son petit frère. Et puis surtout Jela, sa grand-mère paternelle. « C’est un peu mon idole dans la vie et ma première supportrice. Le prénom que je porte vient du sien. »

Pour l’accueillir en Alsace, il y a eu les dirigeants de l’ATH. « J’ai reçu des fleurs, ils avaient préparé une banderole où il était écrit “welcome” et on est allé visiter Strasbourg. Je suis heureuse ici, j’ai des amis et des cousins pas loin en Allemagne. Et le club est très professionnel, le président, l’entraîneur, les filles. J’espère pouvoir l’aider à monter en D2. »

Pour rendre les choses encore plus douces, il y a eu Tanja Kiridzic. « C’est une très bonne amie, on s’est rencontré à Michalovce. Elle m’a beaucoup parlé, des gens, du club, du championnat, de la ville et ça m’a vraiment aidé à prendre ma décision. »

Question handball, Jelena Markovic a des bases solides, des bases riches de l’expérience des débuts. « Podgorica, c’est la capitale et la plus grande ville du Monténégro, mais c’est aussi une ville de sport. Et il y a une vraie tradition de handball de haut niveau. Il y a beaucoup de pratiquants, mais aussi beaucoup de spectateurs pour assister aux matches. »

Katarina Bulatovic et le café des Balkans

Pour Jelena Markovic, c’est un voisin qui aura été l’élément déclencheur. « Petite, j’aimais tous les sports de balle, le basket, le football et il a trouvé que je me débrouillais pas mal. J’ai commencé le handball à 11 ans sans vraiment savoir ce que c’était, mais en appréciant tout de suite sa dimension collective. »

Son premier club, celui où elle passera dix ans, est un ténor du handball féminin. On parle là du Buducnost de Podgorica, multiple champion national, double vainqueur de la Ligue des Champions (dont la dernière), mais aussi quatre fois titré dans les autres Coupes d’Europe (3 Coupe des Coupes, 1 Coupe EHF).

« C’est une très bonne école. C’était parfois difficile, parce que l’organisation est très professionnelle dès les équipes de jeunes, mais j’ai tout de suite aimé. J’ai commencé en équipe “une” à 16 ans et j’ai eu la chance de croiser de très très bonnes joueuses comme Bojana Popovic, Katarina Bulatovic ou encore Clara Woltering. »

Jelena Markovic fera partie du groupe vainqueur de la Ligue des Champions (2012) et de la Coupe des Coupes (2010), fera aussi partie de l’équipe nationale, notamment aux Championnats d’Europe 2010 au Danemark. « Représenter mon pays, c’est bien sûr quelque chose de très important pour moi. Maintenant, c’est compliqué quand on a Katarina Bulatovic, une des meilleures joueuses du monde, devant soit à son poste. »

Alors, celle qui aime, dans l’ordre, « se reposer, lire des livres de science-fiction, écouter de la musique et boire du café des Balkans, le café n°1 au monde », a aussi choisi de poursuivre ses études d’économie à distance, en troisième année universitaire désormais.

Mais, à 25 ans, Jelena Markovic n’en a pas encore fini avec le handball. Pour le moment, haltères, courses et gammes forment son quotidien en attendant d’entamer le décompte des buts et des victoires.


Retour Version optimisée pour imprimer Envoyer cet article à un(e) ami(e) Version optimisée pour imprimer
 
Les articles et commentaires publiés ici sont sous la responsabilité, sans restriction de l'auteur respectif.
bottom_logos_webmaster
FFHB LFH LNH LAHB site Handball 67 site HAND Zone Localisation des gymnases de hand avec GO'HAND
© Graphique et Design : WORLDSOFT-CMS-Website - Site optimisé  pour IE - Mozilla - Chrome - Safari
Webmasters: ATH, Guy Lagache •Email :
ag.lagache@orange.fr  Dominique Lagache • www.capelsa.net • Email : info@capelsa.net
Pseudo :
User-Login
Votre E-mail