MS=ms70786492
*
TOP_2015

Menu
INFO GENERALE : Fanny et les pas de côté
3/3/2016 21:40:00 (795 lectures)

L’ATH dispute un match décisif pour la montée en D2 samedi contre Vaulx-en-Velin. Parmi ses atouts, Fanny Friry qui a changé de voie sur le terrain, comme dans ses études.

Fanny Friry : « On forme un groupe soudé qui s’entraide beaucoup ».  PHOTO DNA – Franck Kobi

Fanny Friry : « On forme un groupe soudé qui s’entraide beaucoup ». PHOTO DNA – Franck Kobi



Dans le handball moderne, c’est devenu une curiosité, presque une étrange anomalie. Une arrière droite droitière, cela n’existe presque plus et c’est parfois dommage. Car si l’angle de tir est plus restreint, cela apporte de la variété au jeu en développant tout un panel de ruses face à la défense adverse.

D’abord ailière gauche, puis longtemps demi-centre, Fanny Friry a effectué un pas de côté sur le terrain depuis la saison dernière pour s’approprier son nouveau poste.

« C’est gratifiant d’y arriver même si c’est fatigant »

« J’ai dû mettre une demie saison pour m’y faire, pour bien comprendre et accepter mon rôle. En étant droitière à droite, on a parfois l’impression d’être limitée, on ne va pas forcément être intégrée aux combinaisons de jeu. On en a beaucoup discuté et on a beaucoup travaillé avec Aurélien (Duraffourg, son entraîneur) qui m’attend plus dans un rôle de “finisseuse”. »

Les contours vont prendre forme au fil des semaines et des mois d’entraînement. Et la transition va être facilitée par son style de jeu.

« J’aime bien me retrouver en “un contre un”, chercher l’intervalle, mais je me vois plutôt comme une joueuse de défense. Mon plaisir, c’est de jouer avec ce rapport de force négatif et déséquilibré au départ, raconte Fanny Friry avant d’esquisser un sourire. C’est un défi de voir ce que l’on peut montrer à l’adversaire en mesurant 1m10 (1m67 en fait) et en comptabilisant 20kg de moins. C’est gratifiant d’y arriver même si c’est fatigant. »

D’autant plus fatigant en ce moment, Fanny Friry jonglant avec un emploi du temps particulièrement chargé. Elle a débuté en septembre dernier ses trois années d’études en école d’infirmières à Colmar. À 22 ans, elle a choisi d’explorer une nouvelle voie après avoir suivi la filière STAPS jusqu’en licence mention APAS (Activités Physiques Adaptées et Santé).

Un autre pas de côté vécu avec bonheur. Car même s’il faut gérer l’emploi du temps, les cours, les stages, les entraînements et les trajets – « Je réalise qu’à 22 ans, ce n’est pas aussi facile qu’à 18 ans, c’est bien plus fatigant » –, elle se trouve à sa place, au bon endroit. « Je sais ce que je veux. »

« Ça me plaît, je suis vraiment contente, j’ai trouvé ce qu’il me faut, ce qui me plaît, je suis épanouie. J’ai choisi cette voie pour le relationnel et parce que j’aime beaucoup ce milieu médical. On peut bouger au cours de sa carrière, rien n’est figé, on peut évoluer et voir différents milieux. »

Les mois et les années à venir seront compliqués. « Ce n’est pas très compatible avec une vie de sportif de haut niveau, cela deviendrait presque un handicap. » Mais Fanny Friry fait face. Et savoure cette saison passée au sommet de la poule 2 de N1.

« Ce match, on l’a en tête depuis trois mois »

« Ça fait longtemps que je n’avais pas autant apprécié un groupe avec lequel je vis. C’est une de nos forces, le fait que l’on s’entende super bien sur le terrain. On forme un groupe soudé qui s’entraide beaucoup. »

À l’image de sa relation avec Jelena Markovic, l’autre arrière droite. « Je m’entend très bien avec elle, elle est très ouverte et souriante, on s’encourage beaucoup. C’est bien on a des profils de jeu très différents. En plus, elle m’apprend l’anglais. »

Celle qui était blessée au moment de la montée en D2, il y a trois ans, espère cette fois vivre pleinement toutes les étapes de cette saison qui se jouera en partie samedi contre Vaulx-en-Velin.

« Ce match, on l’a en tête depuis trois mois, peut-être plus Aurélien que nous. On ne veut pas le perdre. D’ailleurs, on n’a plus de droit à l’erreur, il faudra gagner chaque fois jusqu’à la fin de la saison. On est passé à côté à l’aller (la seule défaite de l’ATH) , il n’y avait rien de productif et de constructif si ce n’est d’apprendre que nous sommes notre pire adversaire. On a regardé la vidéo le lundi suivant à l’entraînement, puis on l’a mis de côté, on n’en a plus parlé et on a bossé pour le reste. »

Samedi soir, le moment sera important. Fanny Friry, de ses pas amples, francs et sautillants, qu’ils soient de côté ou vers l’avant, tentera encore une fois de dérouter ses adversaires. Le regard attiré par les brèches. Qu’importent les centimètres et les kilos quand il est question de légèreté…

ATH - Vaulx-en-Velin, samedi 20h30.


Retour Version optimisée pour imprimer Envoyer cet article à un(e) ami(e) Version optimisée pour imprimer
 
Les articles et commentaires publiés ici sont sous la responsabilité, sans restriction de l'auteur respectif.
bottom_logos_webmaster
FFHB LFH LNH LAHB site Handball 67 site HAND Zone Localisation des gymnases de hand avec GO'HAND
© Graphique et Design : WORLDSOFT-CMS-Website - Site optimisé  pour IE - Mozilla - Chrome - Safari
Webmasters: ATH, Guy Lagache •Email :
ag.lagache@orange.fr  Dominique Lagache • www.capelsa.net • Email : info@capelsa.net
Pseudo :
User-Login
Votre E-mail